Les professionnels de l’immobilier se sont réorganisés pour exécuter leur activité pendant le reconfinement

0
214
Spread the love

Dans cette seconde phase de confinement, les restrictions dans les activités immobilières sont restées les mêmes que lors du premier. Les agences ont une fois de plus été interdites aux publics et les visites physiques de tous genres ont été annulées. Toutefois, les professionnels poursuivent leur activité en utilisant des outils de gestion à distance. De fait, ils peuvent continuer à gérer leurs dossiers depuis les agences ou leurs domiciles. Mais contrairement au premier confinement, ils ont eu le droit de rendre visite aux particuliers. Une action que certains trouvent paradoxale.

 

UN NOUVEAU CONFINEMENT PRESQUE AUSSI RESTRICTIF QUE LE PREMIER

A partir 30 octobre 2020, la France a été de nouveau confinée. Ce nouveau confinement avait pour particularité d’être moins limitatif que le premier. Comme dans tous les secteurs d’activité, les professionnels de l’immobilier ont du supporter des restrictions dans l’exercice de leur métier. La plus importante était l’interdiction d’ouvrir les agences au public et d’effectuer des visites physiques de logements. Paradoxalement, il était toutefois permis aux professionnels de se rendre au domicile des particuliers pour effectuer des prises de vues supplémentaires ou procéder à l’estimation du bien.

Des restrictions hybrides qui soulèvent des questions

En effet, l’autorisation de visiter les maisons pour les particuliers a été assez paradoxale lorsqu’on considère le fait que les agences ont été fermées pour éviter la propagation du virus. Le gouvernement comptait réduire les brassages entre les gens, mais autorisait les professionnels immobiliers à rencontrer les clients chez eux. Ce qui reste un peu incohérent aux yeux de ces acteurs du secteur. Certains manifestaient leur inquiétude vis-à-vis de cette situation tandis que d’autres estimaient que s’il était possible de la concevoir, il aurait du également être possible d’élargir les restrictions.

La visio-conférence pour finaliser les ventes

Dans le secteur, certains professionnels ont vu dans le confinement un passage vers une nouvelle manière de travailler. Aujourd’hui, il faut se servir des méthodes digitales pour mener à bien ses transactions, ce qui dans une certaine mesure fonctionne correctement. Sous réserve des diverses inquiétudes et problématiques formulées, les commerciaux doivent continuer à travailler. Ainsi, ils ont décidé de téléphoner aux clients afin de les relancer et de finaliser les dossiers par visio-conférence et à l’aide de la signature électronique. D’autres pensent également à initier de nouvelles transactions en proposant des visites virtuelles aux acheteurs.

Les experts pensent à la possibilité de réintégrer les visites physiques

Si les professionnels ont une demande qui leur tient à cœur, c’est la reprise des visites physiques. Comme expliqué ci-dessus, il est toujours possible de se déplacer pour les estimations. Les agents et les mandataires immobiliers se munissent de masques, de lingettes, de gel hydroalcoolique, et respectent les gestes barrières. Cependant, les vendeurs sont de plus en plus absents à l’appel. De plus, même si les acheteurs continuent de se faire connaître, l’activité reste en baisse. Par conséquent, en dépit du grand atout que représentent les outils digitaux, il serait tout de même plus avantageux pour le secteur que les visites physiques soient à nouveau d’actualité.

LES RÉSEAUX ET FÉDÉRATIONS IMMOBILIERS RÉCLAMENT LA MENTION DE VISITE

Au vu de l’importance des visites physiques, les fédérations et réseaux immobiliers demandent au ministère chargé du Logement l’ajout du motif de visite (pour achat ou location) sur l’attestation de sortie. Ils expliquent qu’il faudra évidemment mieux cibler les visites. Seuls seront pris en compte les clients disposant d’un projet solide susceptible de déboucher sur un contrat. Il n’est pas question que les visites servent de distraction pour ceux qui voudraient simplement sortir de chez eux. Cela suppose donc que le dossier sera étudié avec attention avant qu’une visite ne soit envisagée.

Article rédigé par l’équipe Freecadre Immobilier

Crédit photo : Licence accordée