Micro-entreprise ou portage salarial: Dans l’immobilier les indépendants face à des obligations différentes

0
294
Micro-entreprise VS portage salarial 1

Dans les métiers de l’immobilier, les professionnels indépendants font face à des obligations différentes selon qu’ils choisissent la micro-entreprise ou le portage salarial. Être indépendant c’est initier une activité qui est gérée en toute autonomie. Ce professionnel ne travaille pas pour le compte d’un dirigeant, car il est son propre patron. Il organise lui-même son temps et manage son activité comme bon lui semble. Cependant, cette autonomie suppose de grandes responsabilités. Peu importe le statut qu’il choisit, dans l’immobilier, l’indépendant fera face aux contraintes inhérentes à son activité. Mais ces dernières ne sont pas les mêmes selon qu’il opte pour le portage ou la micro-entreprise.

 

L’INDÉPENDANT EN MICRO-ENTREPRISE

Des formalités de mise en œuvre allégées pour les indépendants

Un indépendant dans l’immobilier est ce professionnel qui exerce une activité libérale ou commerciale. Pour mener à bien son activité, il doit choisir un statut juridique. La plupart des entrepreneurs optent pour la micro-entreprise parce que les formalités de mise en place sont allégées en comparaison à la création d’une SARL, SASU, SAS, etc. Aussi, en ce qui concerne l’imposition, les adeptes de la micro-entreprise ont beaucoup à gagner. En effet, les activités commerciales (vente de marchandise ou prestation de service) sont affiliées au régime d’imposition BIC (Bénéfices industriels et commerciaux). Par contre, les activités qui ne sont pas à but commercial suivent le régime BNC (Bénéfices non commerciaux).

Des charges plus ou moins importantes

Un indépendant en micro-entreprise dans les métiers de l’immobilier doit faire face comme tout dirigeant à des charges d’exploitation. Cependant, ces dernières sont moins importantes qu’avec une SARL ou une SASU. Par exemple, selon le chiffre d’affaires, le professionnel de l’immobilier indépendant est soumis à l’impôt sur le revenu qui est assez avantageux. Aussi, selon la nature de l’activité, certaines charges d’exploitation sont réduites tandis que d’autres sont inexistantes. Le salaire par exemple n’est pas véritablement applicable. Un micro-entrepreneur n’engage pas de salarié au risque de crever les plafonds imposés et de passer à un autre statut juridique. Par ailleurs, s’il n’existe aucun siège pour la micro-entreprise, il n’est pas nécessaire de payer un loyer professionnel. Il ne faut pas non plus omettre tous les abattements forfaitaires dont profitent les micro-entrepreneurs. Cependant, rapporter au statut de portage salarial, toutes ces charges et obligations peuvent encore être allégées.

 

L’INDÉPENDANT FREELANCE EN PORTAGE SALARIAL

Des formalités de mise en œuvre quasi inexistantes

En portage salarial immobilier, pour mettre en place son activité, il suffit de signer un contrat de travail avec une société de portage. La création d’entreprises n’est pas nécessaire et c’est la société qui s’occupe de toutes les éventuelles formalités et tâches administratives. Le salarié porté indépendant n’a qu’une chose à faire, c’est se concentrer sur sa prospection et ses missions. En ce qui concerne l’imposition, le régime est le même que celui des salariés classiques. L’indépendant est donc imposé sur le revenu. Le montant est prélevé de ses honoraires par la société de portage et il est versé à l’administration fiscale.

Des charges encore plus allégées

En dehors du paiement de l’impôt sur le revenu, l’indépendant en portage peut aussi être appelé à s’acquitter de la TVA. Mais, parfois, le taux est de 0 % pour la société de portage salarial immobilier. Évidemment, c’est elle qui s’occupe des facturations. De fait, le salarié porté ayant signé avec elle un contrat de travail est soumis au même taux. Ainsi, lorsque celle-ci bénéficie d’exonération patronale, l’indépendant en profite également. En portage, il faut aussi payer des charges sociales. À cela s’ajoutent les frais de gestion de la société de portage qui sont plus ou moins importants selon chaque entreprise. Une fois ces charges défalquées, le salarié porté immobilier profite d’un salaire net intéressant. S’il arrive à se faire rembourser quelques frais professionnels, il verra son salaire s’accroître.

C’est grâce aux nombreux avantages, que beaucoup de professionnels de l’immobilier se tournent vers le statut de salarié porté.

Article rédigé par l’équipe Freecadre Immobilier

Crédit photo : Licence accordée